Une étude « honnête, impartiale et indépendante » pour soutenir l’action du gouvernement.


Une étude vient de sortir sur la complémentaire santé publiée par le CTIP (Centre Technique des Instituts de Prévoyance) et réalisée par le CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie). (l’étude est basée sur un phoning réalisé en 2013)

Vous vous dites forcément, et vous auriez raison de le faire, qu’une boîte qui : « … représente et défend les intérêts des institutions de prévoyance, ainsi que ceux des entreprises adhérentes et des salariés participants, dans le domaine de la prévoyance collective. » Va avoir à cœur à mettre en valeur le côté positif de la complémentaire obligatoire.

Mais quand en plus cet outil de lobby pour les instituts de prévoyance engage le CREDOC qui n’est autre qu’une boutique de l’État, à la solde d’un ministre, vous êtes sûr que cette étude sera «honnête, impartiale et indépendante ».

La présente critique de ladite étude se bornera à la partie liée à la complémentaire santé, et non aux autres points abordés (prévoyance, risque dépendance, épargne retraite).

Avant même de lire le document, on devine déjà ce que l’on va trouver : l’action du gouvernement et des assurances santé est juste puisque les deux centres sont ‘indépendants’.

Et comme de par hasard, à la deuxième ligne (de la partie liée à la complémentaire) on trouve que « les salariés trouvent les prix justes, voire même avantageux  !! » C’est pas beau ça ?

Quand on arrive au détail de cette question plus bas, l’honnêteté transpire à grosses gouttes. On nous donne les chiffres précis des salariés qui trouvent les prix des complémentaires santés obligatoires « justes » (75%). C’est énorme, non ? Pas tout à fait en fait puisque plus loin on apprend que 57% des salariés n’en ont pas entendu parler, ce qui fait de ce 75% un maigre 37.5% sur l’échantillon total. Le reste de l’échantillon étant soit pas d’accord, soit sans opinion.complémentaire santé

Pour la partialité, on analysera le lexique employé. Ainsi, avec l’usage de répétés de mots tels que « plus » « raisonnables » « justes » « meilleurs » « plus intéressants », on sent le positivisme à plein nez.

Le plus fort est la différence dans la présentation des résultats selon que vous consultiez la même étude sur le site du CREDOC ou sur le site du CTIP. Le CTIP y vas à fond dans l’ingénierie de persuasion.

Au final, il aurait été bienvenu, comme pour chaque sondage d’ailleurs que les questions posées ainsi que les données brutes soient fournies, mais cela aurait permis de peut-être arriver à d’autres conclusions.

One thought on “Une étude « honnête, impartiale et indépendante » pour soutenir l’action du gouvernement.

  1. j’ais une mutuelle, depuis 25 j’y suis mon fils y était depuis la naissance, ainsi que mon mari. voilà qu’ont nous obliges à changer, même cet année avec les justificatifs qu’ils nous ont donnés à remplir , il fallait à tout pris que moi et mon fils soit reliés
    ils ont quand même mis mon fils d’office.
    que je n’ais pas radié de la mienne,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s