La mutuelle obligatoire première étape vers la désolidarisation


Tandis que la sécurité sociale mettait en commun l’ensemble des cotisations des salariés (actifs et retraités) pour les soigner (sachant que les non salariés profitaient tout de même des investissements réalisables uniquement grâce au volume de cotisations des salariés), les complémentaires obligatoires ont désolidarisé les salariés actif des autres citoyens.

En effet, les complémentaires obligatoires sont des dispositifs exclusivement réservés aux salariés actifs. Les salariés retraités ne peuvent pas bénéficier de la cotisation patronale. voici la première grande désolidarisation parmi les salariés.

La seconde a eu lieu en novembre dernier. pour satisfaire les revendications des assurance privés qui veulent bien profiter du marché de la complémentaire santé obligatoire, sans pour autant avoir à trop rembourser leur clients ont demander à niveler par le bas les prestations aux salariés.

Ainsi, alors que dans le cadre de l’ANI de 2013 et des accords précédents concernant la complémentaire santé des salariés le niveaux de remboursement pouvait être acceptable, le 19 novembre dernier le gouvernement a décrété (voir article de CAROLINE COQ-CHODORGE dans médiapart) que le niveau des remboursement des contrat de mutuelle obligatoire serait baissé laissant la possibilité « à chacun » de prendre de s’engager auprès d’un contrat « surcomplémentaire ».

Voilà donc ainsi réglé les dernières solidarités entre salarié d’en haut et d’en bas. Ceux qui auront les moyens adhéreront à ce nouveau plan avec surprimes, les autres que dalle.

Ce faisant, cette nouvelle version vient satisfaire les intérêts des assurances, ceux des médecins libéraux qui pratiquent des dépassements d’honoraires, seuls les assurés sociaux se retrouvent à payer l’addition.

« Les dépassements d’honoraires ont été créés en 1980 par Raymond Barre pour quelques chirurgiens réputés, rappelle Christian Saout, du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss). Ce système exceptionnel est devenu quasi général. Aujourd’hui, les dépassements d’honoraires sont hors de contrôle. Notre système de santé est en train de se dérégler. À force de colmater les brèches, il n’a plus aucune allure. Les Français paient chaque année 175 milliards d’euros d’impôts et de cotisations sociales pour une assurance maladie qui ne rembourse plus que 50 % des soins courants. Et ils versent en prime 30 milliards d’euros à des complémentaires santé qui ne complètent plus. Il est plus que temps de se demander où on va. »

One thought on “La mutuelle obligatoire première étape vers la désolidarisation

  1. Le  » marché  » n’est pas nivelé par les complémentaires santé avec le décret sur le panier minimum de soins. Ce sont les employeurs qui ont fait pression pour que le panier de soins soit limité car même si la participation employeur minimum de 50% est totalement defiscalisée, les fédérations patronales refusaient de  » remettre  » la main à la poche. Les complémentaires santé au contraire proposent de nombreuses options (4/5 en moyenne).
    La notion de surcomplémentaire implique un 2ème contrat or l’option la plus forte dans toutes les complémentaires santé est bien au dessus de ce qui se pratique en individuel…
    Enfin et en effet au lieu de limiter drastiquement en vue de les faire disparaitre les dépassements d’honoraires, le gouvernement avec la redéfinition des contrats responsables implique une nouvelle spirale inflationniste. Et il ne suffit pas de boycotter les cliniques et les spécialistes en secteur 2, il faut aussi désormais se battre contre les PPP…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s